play stop
 
L'homme


Ses qualités artistiques


Hadj Nemat jouait de plusieurs instruments, en particulier du luth sacré kurde tanbûr pour lequel il a composé plusieurs hymnes mystiques. En voici quelques extraits joués par son fils Ostad Elahi et publiés chez l'éditeur Chant du Monde :

Dialogue avec l'aimé d'Ostad Elahi, morceau n° 2, Suite Sheikh Amiri, b) : Sheikh Amiri de Hadj Nemat. On doit le thème de cette mélodie à Hadj Nemat. Ostad Elahi l'a enrichi, la mélodie faisant aujourd'hui partie des joyaux du répertoire du tanbûr.


Harmonies célestes d'Ostad Elahi, morceau n° 4, Suite d'hymnes, a) : Âmân sad âmân. Ce chant fut composé par Hadj Nemat au début de son illumination (vers 1901). Les paroles constituent une sorte de supplique adressée au Roi spirituel, le Bien-aimé, faisant appel à la miséricorde divine.


Harmonies célestes d'Ostad Elahi, morceau n° 4, Suite d'hymnes, b) : Ey darvish darvish. Composé par Hadj Nemat à la même époque, ce chant est adressé au Roi spirituel, appelé ici « darvish » : Hadj Nemat aurait un jour rencontré le Bien-aimé divin sous la forme d'un derviche et aurait composé ce chant pour le célébrer.


Harmonies célestes d'Ostad Elahi, morceau n° 4, Suite d'hymnes, d)… composé par Hadj Nemat.


Hadj Nemat fut par ailleurs un poète accompli comme en témoigne son œuvre.

HAUT